Le Síndic au jour le jour: actualités et revue de presse

Médiateurs et institutions pour les droits de l'homme débattent à Barcelone sur l'impact du populisme et la régression des droits

03/04/2017

síndic
La réunion, tenue au Parlement de la Catalogne le 3 et 4 Avril, reprend le débat sur la régression des droits lancé il y a un an par le médiateur catalan

Entre les conférenciers principaux il y a le commissaire européen des droits de l'homme, le directeur de l'Agence des droits fondamentaux et les médiateurs de la France, la Pologne et l'Union européenne

Le séminaire est organisé dans le cadre de la section européenne de l'Institut International de l'Ombudsman, présidé par le médiateur de la Catalogne, Rafael Ribó

Le débat se conclura par une déclaration défendant le travail contre les pratiques politiques considérées populistes et les signes de recul en l'exercice des droits de l'homme

La présidente du Parlement de la Catalogne, Carme Forcadell, a inauguré le Lundi 3 Avril le deuxième séminaire international organisé par le Médiateur catalan pour aborder les défis des droits de l'homme en Europe. La réunion a rassemblé une quarantaine de médiateurs de toute l'Europe afin de discuter et analyser la situation actuelle des droits de l'homme en Europe et les actions à réaliser par les défenseurs. Le séminaire finira avec une déclaration commune sur les sujets de discussion conformément aux réflexions qui surgissent dans les présentations et le dialogue entre tous les participants.

La conférence principale, qui sera dispensée par le commissaire européen des droits de l’homme, Nils Muižnieks, portera sur l'impact négatif du soi-disant populisme sur la protection des droits. À cet égard, les attentes électorales croissantes des partis ultranationalistes et xénophobes en Europe accentuent l'affaiblissement et la crise des systèmes politiques démocratiques occidentaux. Le directeur de l’Agence des Droits Fondamentaux de l’Union européenne, Michael O'Flaherty, participera du débat de cette session.

Auparavant, la table inaugurale a compté avec l'intervention de la médiatrice de l'Espagne, Soledad Becerril; du président mondial de l'Institut International de l'Ombudsman (IOI), Peter Tyndal, et du médiateur de la Catalogne, Rafael Ribó, qui a organisé le séminaire au sein de l'IOI, dont il préside la section européenne.

Le séminaire se compose de quatre sessions. En plus de la première, déjà mentionné, axée sur le populisme, la deuxième et la troisième session examineront des études de cas sous la direction des médiateurs de la France et la Pologne et du médiateur européen. La quatrième session est consacrée aux meilleures pratiques et le rôle du médiateur dans ce contexte.

En Avril 2016 il ya eu un premier séminaire sur la situation des droits de l'homme en Europe, aussi de la main du médiateur de la Catalogne. Les conclusions et le résumé des présentations sont disponibles sur le web humanrightschallenges.cat.

 

Retour au début de la liste des actualités

Le médiateur de la Catalogne a présidé la première réunion du nouveau conseil d'administration européen de l'Institut International de l'Ombudsman

02/12/2016

photo

Parmi les questions abordées, il faut souligner la présentation du programme d'activités pour les deux prochaines années

Le siège du Médiateur de la Catalogne a accueilli mercredi 30 Novembre représentants européens de l'organisation d'ombudsmans de référence, l'Institut International de l'Ombudsman (IIO).

Le conseil européen de l'IIO, dont le président est Rafael Ribó pour les quatre prochaines années après avoir reçu le soutien de ses homologues lors d'un vote récent, comprend environ quatre-vingts institutions de médiateurs de l'ensemble du continent. Il fait également partie du conseil d'administration le médiateur irlandais, Peter Tyndall, qui a récemment été élu président mondial de l'IIO. Lors de la réunion de Barcelone, le médiateur fédéral belge, Catherine de Bruecker, a été nommé vice-présidente européenne à l'unanimité.

Les autres membres du conseil européen sont les médiateurs de l'Italie, Lucia Franchini; du Pays de Galles, Nick Bennet; de l'Estonie, Ulle Madise, et du Pays-Bas, Reinier van Zutphen.

Parmi les sujets abordés, il faut souligner la présentation et approbation du programme d'activités pour les deux prochaines années, avec une attention particulière aux réfugiés et la situation des droits en Turquie, Pologne et Roumanie, ainsi que des initiatives pour des ateliers et des séminaires de formation aux membres et la possibilité d'étendre l'organisation à de nouveaux membres.

On a également décidé que la prochaine Conférence européenne, prévue pour 2018, se tiendra à Bruxelles (Belgique) et abordera principalement les sujets de l'accès à l'information, la démocratie et les normes internationales.

 

Retour au début de la liste des actualités

Rafael Ribó, réélu président européen de l'Institut International de l'Ombudsman

11/11/2016

(c) Síndic

L'organisation regroupe environ quatre-vingt ombudsmans de toute l'Europe

Le médiateur a conçu un programme pour répondre à la crise des réfugiés et de la xénophobie

Le médiateur de la Catalogne, Rafael Ribó, a été choisi de nouveau par ses homologues européens en tant que président de la section européenne de l'Institut international de l'Ombudsman (IIO). L'élection a été menée par vote électronique dans le processus avant le Congrès mondial. Avec ce résultat, les membres de l'IIO ont réaffirmé la confiance déjà placée en lui en Janvier, pour les quatre prochaines années.

Le médiateur a déclaré qu'il assume cette position avec l'"engagement de défendre avec fermeté la figure du Médiateur européen partout en Europe où son travail est à risque», et a donné comme exemple le cas de l'institution de la Pologne. Il a également annoncé qu'il a conçu un programme pour répondre à la crise des réfugiés et la xénophobie, en ligne avec les conclusions du séminaire organisé l'Avril dernier à Barcelone.

Rafael Ribó avait occupé ce poste de 2009 à 2012. Au début de 2016, il a été élu président pour remplacer l'ancienne défenseure polonaise, Irena Lipowicz, qui a quitté la présidence presque un an avant la fin du mandat.

Le Conseil d'administration, en plus du médiateur de la Catalogne, est composée par les médiateurs de l'Irlande, le Pays de Galles, l'Italie et la Belgique. Actuellement, l'IIO européen comprend 79 médiateurs de toute l'Europe, un chiffre qui passera à 82 avec l'entrée de trois nouveaux membres qui l'ont sollicité.

L'Institut international de l'ombudsman a été créé en 1978 et est une organisation internationale qui regroupe institutions de médiateurs du monde entier. Il est organisé en six grandes régions, à savoir: Europe, Afrique, Asie, Australie et Pacifique, Amérique du Sud et Caraïbes, et Amérique du Nord.

Ses principaux objectifs sont de promouvoir le concept et l'institution du médiateur dans le monde entier et de renforcer l'échange d'informations et d'expériences entre les différentes institutions.

Retour au début de la liste des actualités

Réunion de médiateurs du monde entier à Barcelone pour aborder la question de la crise des réfugiés et d'autres défis actuels relatifs aux droits de l'homme

08/04/2016

acces

Rafael Ribó, président européen de l'Institut International de l'Ombudsman, a donné de l'élan à ce séminaire de travail, qui aura lieu en 26 et 27 Avril au Saló del Tinell

Le séminaire comptera sur la participation d'experts internationaux, comme le professeur d'université italien Stefano Rodotà

Médiateurs du monde entier, principalement européens, et plusieurs experts universitaires se réuniront le 26 et 27 Avril à Barcelone pour discuter les défis actuels des droits de l'homme. L'initiative a été organisée dans le cadre des activités de l'Institut International de l'Ombudsman par le médiateur de la Catalogne, Rafael Ribó, qui est également président de la section européenne de cet organisme.

Le séminaire de travail, qui aura lieu au Saló del Tinell, vise à réclamer la garantie des droits et le rôle des médiateurs dans un contexte de crise des réfugiés, de crise économique et de débat entre sécurité et liberté, où les droits humains fondamentaux sont mis en doute.

Vous trouverez toutes les informations et les noms des conférenciers et des participants au programme.

Retour au début de la liste des actualités

Le médiateur expose les insuffisances de la politique linguistique en Espagne en ce qui concerne le catalan dans le cadre d'une conférence internationale des commissaires linguistiques

11/03/2016

(c) Síndic

Rafael Ribó a regretté l'absence de politiques et peut-être d'un commissariat pour garantir les droits des locuteurs de toutes les langues officielles de l'Espagne

Les membres de l'Association internationale des commissaires linguistiques (IALC), fondée en 2014 à Barcelone, se sont réunis récemment en Irlande

L'article 3.3 de la Constitution pour promouvoir et protéger les langues n'a pas encore été remplie par le gouvernement espagnol 

Le Médiateur de la Catalogne a publiquement déploré l'absence en Espagne de politiques linguistiques et, éventuellement, d'un commissariat spécial pour faire respecter les droits des locuteurs de toutes les langues officielles. Devant un auditoire composé de défenseurs des droits linguistiques du monde entier, Rafael Ribó a souligné que le gouvernement central n'a pas une politique claire sur la protection des langues minoritaires et que la Cour Constitutionnelle a fait preuve d'une interprétation favorable et déséquilibrée en faveur de l'espagnol. 

Rafael Ribó a participé ces jours-ci dans la troisième Conférence de l'IALC, l'Association internationale des commissaires linguistiques fondée à Barcelone en 2014 et dont le médiateur catalan est un membre fondateur.

Les thèmes centraux de la conférence de cette année ont été l'évolution juridique des questions linguistiques et le déploiement des réglementations plus protectrices. On a également abordé la relation entre identité et langue et l'importance des langues en la première éducation, et on a spécifiquement traité le cas de l'Irlande du Nord.

Outre le Médiateur, la Conférence a bénéficié de la participation, entre autres, des commissaires linguistiques du Canada, du Pays de Galles ou de la Belgique; des experts universitaires d'Écosse, de la Nouvelle-Zélande et de l'Irlande; de l'Ararteko du Pays Basque, et de l'ancien ministre d'éducation finlandais.

 

Retour au début de la liste des actualités