Actualités

Le médiateur expose les insuffisances de la politique linguistique en Espagne en ce qui concerne le catalan dans le cadre d'une conférence internationale des commissaires linguistiques

11/03/2016

(c) Síndic

Rafael Ribó a regretté l'absence de politiques et peut-être d'un commissariat pour garantir les droits des locuteurs de toutes les langues officielles de l'Espagne

Les membres de l'Association internationale des commissaires linguistiques (IALC), fondée en 2014 à Barcelone, se sont réunis récemment en Irlande

L'article 3.3 de la Constitution pour promouvoir et protéger les langues n'a pas encore été remplie par le gouvernement espagnol 

Le Médiateur de la Catalogne a publiquement déploré l'absence en Espagne de politiques linguistiques et, éventuellement, d'un commissariat spécial pour faire respecter les droits des locuteurs de toutes les langues officielles. Devant un auditoire composé de défenseurs des droits linguistiques du monde entier, Rafael Ribó a souligné que le gouvernement central n'a pas une politique claire sur la protection des langues minoritaires et que la Cour Constitutionnelle a fait preuve d'une interprétation favorable et déséquilibrée en faveur de l'espagnol. 

Rafael Ribó a participé ces jours-ci dans la troisième Conférence de l'IALC, l'Association internationale des commissaires linguistiques fondée à Barcelone en 2014 et dont le médiateur catalan est un membre fondateur.

Les thèmes centraux de la conférence de cette année ont été l'évolution juridique des questions linguistiques et le déploiement des réglementations plus protectrices. On a également abordé la relation entre identité et langue et l'importance des langues en la première éducation, et on a spécifiquement traité le cas de l'Irlande du Nord.

Outre le Médiateur, la Conférence a bénéficié de la participation, entre autres, des commissaires linguistiques du Canada, du Pays de Galles ou de la Belgique; des experts universitaires d'Écosse, de la Nouvelle-Zélande et de l'Irlande; de l'Ararteko du Pays Basque, et de l'ancien ministre d'éducation finlandais.

 

Retour